Léger assouplissement des paiements interentreprises

Les entreprises françaises restent championnes d’Europe (36,2%) des factures réglées avec un retard de 1 à 15 jours.

En moyenne sur le deuxième trimestre 2012, les retards de paiement des entreprises françaises, analysés par Altares au travers des balances âgées des entreprises, tombent à 11,5 jours. Un seuil historiquement bas, tout juste effleuré deux ans plus tôt avant que l’été 2010 n’inverse à nouveau la trajectoire.

En dépit de cette bonne tendance, pour 36,2 % des entreprises, le règlement des fournisseurs est reporté de 1 à 15 jours au-delà de la date prévue sur la facture ; un record en europe où le taux moyen se situe à 28,1 %.

9 ETI ou Grandes Entreprises sur 10 dérogent aux délais contractuels

Moins de 10 % des ETI et Grandes entreprises payent leurs fournisseurs sans retard (9,9 %). Si ce taux progresse légèrement (+ 0,5 %), il demeure environ quatre fois inférieur à celui calculé sur la population des microentreprises (39 %), plus respectueuses des délais de paiement. entre les deux, moins d’une PME sur quatre paye ses factures sans retard.
Exprimé en jours, le retard moyen de paiement se situe à 11,1 jours pour les entreprises de moins de 10 salariés, 11,3 jours pour celles de 10 à 250 salariés et 12 jours pour celles de plus de 250 salariés. 8 % des entreprises de 3 à 5 ans retardent leurs paiements de plus de 30 jours. Les retards de paiement par taille révèlent un point de risque fort sur les entreprises âgées de 3 à 5 ans. Celles-ci règlent en moyenne leurs fournisseurs avec un report de 13,3 jours, soit près de 2 jours au-dessus de la moyenne. De plus, 8 % payent leurs factures avec des retards supérieurs à 30 jours contre 5,3 % en moyenne tout âge confondu. ces jeunes entreprises sont traditionnellement vulnérables et représentent le tiers des défaillances d’entreprises.

Les paiements se durcissent dans les services aux particuliers voire l’administration

Pour certaines activités, les règlements fournisseurs se durcissent. c’est essentiellement le cas des métiers de service orientés vers le particulier. L’administration est elle aussi sous pression. 21,5% des règlements fournisseurs sont reportés de 15 à 30 jours, c’est un demi-point de plus qu’il y a trois mois.
Si les activités B2B semblent mieux résister, des efforts restent à faire dans les transports où seulement 18,6% des entreprises payent sans retard, dans les métiers de l’information et de la communication où le retard moyen de paiement ne parvient pas à descendre sous les 16 jours, et dans les services aux entreprises dont les retards supérieurs à 30 jours représentent encore 7,5% des règlements. Les tendances sont, en revanche, bien orientées dans le bâtiment, le commerce ou l’industrie.

15/09/2012 source http://www.itchannel.info